Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Traître Mot

Traductions, Trahisons, Billets de mauvaise humeur (mais pas seulement)

Stop au scandale de l'inégalité devant la dépendance

Publié le 22 Mai 2018 par Régis Hure d'Argus in Cabinet de curiosités

Nous sommes le lundi 20 mai 2018, lendemain de la Pentecôte, entre 19 heures 15 et 20 heures.

Le fait qu'il s'agisse du lundi de la Pentecôte a son importance puisque le sujet de l'émission Le Téléphone sonne, sur France Inter, est :

Sommes-nous prêts à céder un nouveau jour férié pour financer la dépendance ?

Un certain Jean-Louis appelle. Un de ces cuistres dont l'engeance grouille et prolifère sur les médias et qui savent toujours mieux que tout le monde ce qu'il faudrait faire, ce qu'il aurait fallu faire, ce qu'il n'aurait surtout pas fallu faire, et ainsi de suite.

Comme il ne veut pas être en reste avec les invités1 (sans doute est-il mortifié de ne pas avoir été sollicité), il se présente d'emblée comme l'ex-président d'une fédération nationale de services à domicile (les invités n'ont qu'à bien se tenir, et c'est peut-être à ce titre que Fabienne Sintes, qui anime l'émission, le laisse pérorer pendant plus de trois minutes).

Bien que ça me brise le cœur de le reconnaître, son intervention est plutôt bien structurée. Elle porte sur plusieurs aspects de la question qui feront tous l'objet de commentaires de la part des invités à l'exception du dernier point, sur lequel ils font inexplicablement l'impasse sans même que Fabienne Sintes s'en inquiète, ce qui est extrêmement regrettable, vu que là, Jean-Louis soulève un lièvre des plus prometteurs (il a dû recevoir hier une dose de langues de feu plus conséquente que nous autres, les pauvres bougres comme vous et moi dont l'Esprit Saint n'a pas béni la comprenette).

Voici le verbatim de la dernière partie de son intervention:

«Une petite remarque sur l'inégalité, si vous voulez, devant la dépendance et la mort.
Réfléchissons quand même:
Vous avez vos parents, ils sont âgés et ils décèdent subitement. Il n'y a aucun frais de dépendance.
Vous avez des parents qui passent un an, deux ans, cinq ans avec une aide à domicile coûteuse, puis, après, en EHPAD, et il ne reste rien de l'héritage, et quelquefois même, les enfants payent.
Donc, effectivement, on est là devant une situation inégalitaire qu'il faut aussi regarder et traiter.
Merci.
»

Voilà. J'ai suivi l'injonction de Jean-Louis et j'ai bien réfléchi. Je trouve effectivement excellente l'idée qui sous-tend ses propos : Taxer impitoyablement les privilégiés qui ont eu la chance inouïe de perdre leurs parents de bonne heure et qui, non seulement n'auront pas le chagrin de les voir décatis, décrépits, gâteux, baveux, sucrant les fraises dans leurs fauteuils roulants sans plus les reconnaître ni d'Eve ni d'Adam, mais surtout, surtout, n'auront pas à débourser le moindre centime pour assurer leur prise en charge à domicile ou en EHPAD...

Oui, n'hésitons pas à rendre ces nantis taillables et corvéables à merci, à leur faire payer leurs avantages exorbitants, à leur faire rendre gorge, à les pressurer, les faire cracher au bassinet, à ponctionner jusqu'au dernier sou des fortunes dont ils ont précocement hérité et dont ils jouissent avec aussi peu d'altruisme que de vergogne! S'il n'en doit rien rester, comme le dit Jean-Louis, qu'on les oblige au moins à les partager avec leur prochain!

Créons un nouvel ISF qui serait non plus un Impôt de Solidarité sur la Fortune, mais sur la Bonne Fortune, un ISBF en quelque sorte, un impôt sur la chance, le sort, la veine, le pot, le bol...

Enfin, n'oublions surtout pas de leur montrer, à eux aussi quitte à leur forcer un peu la main2  le chemin d'une sortie assez précoce pour que leurs enfants, eux non plus, n'aient pas à payer pour leur maintien en ce monde au-delà d'une limite décente.

Régis Hure d'Argus

1 Pascal Champvert, Président de l'Association de directeurs au service des personnes âgées et Luc Broussy, Président de l'association France Silver Eco.

2 Que mes filles ne se fassent pas d'illusions : tant qu'il me restera une once d'indépendance, je resterai vigilant...

N.B. : L'illustration a été composée à partir d'images empruntées aux sites suivants:
http://www.comparateur-dependance-senior.com/assurance-dependance
http://diamit.info/article/comment-arreter-de-boire

 

Télécharger ici l'extrait de l'émission.

Commenter cet article